Publié par J2-Reliance

Se focaliser sur les bons : trop élitiste ?

Dans toutes nos entreprises, se trouvent des salariés particulièrement performants et d’autres qui font certes leur travail, mais sans contribution particulièrement remarquable. Les premiers font déjà plus que ce qu’on attend d’eux : ils n’ont guère besoin d’être poussés d’avantage. Quant aux seconds, l’entreprise fait tout son possible pour les aider à développer leurs compétences afin d’améliorer leurs résultats. Cette posture semble tellement évidente qu’elle est rarement remise en question. Et pourtant… Une étude récente, réalisée auprès d’un échantillon d’entreprises américaines, bouleverse nos idées reçues en la matière.

Entreprises performantes et salariés talentueux

Les résultats de cette étude sont analysés dans plusieurs articles parus dans la HBR. Ils montrent que les entreprises les plus performantes n’ont pas un pourcentage significativement plus élevé que les autres de collaborateurs hors pair : leur proportion y est en moyenne de 16 % pour 14 % dans les entreprises moins performantes. Ce qui fait la vraie différence, par contre, c’est la façon dont elles s’en occupent.

Dans une entreprise standard, les salariés hors-normes sont affectés aux postes pour lesquels ils ont été initialement embauchés. Et lorsque l’on doit constituer une équipe de travail pour un projet stratégique, le critère majeur retenu reste, faute de mieux, celui de la disponibilité des ressources.

Comment doper son entreprise

Tout au contraire, les entreprises performantes positionnent leurs salariés hors-normes sur les postes ou dans les équipes qui sont stratégiques pour l’activité : dans cet esprit, l’une de leurs préoccupations majeures, — outre le fait d’identifier ces positionnements stratégiques — est d’apprécier la capacité de ces salariés à évoluer dans d’autres contextes, et sur d’autres fonctions que celles pour lesquelles ils ont été recrutés. Placés à ces postes clés, ces collaborateurs qui performent mieux que les autres (jusqu’à 8 à 12 fois, même, pour des postes un peu créatifs !), dopent littéralement les résultats de l’entreprise. Et si on les fait travailler en équipe, la productivité augmente même de façon plus que proportionnelle. Les auteurs de l’étude estime à 25 % le surcroît de productivité globale obtenu par cette gestion raisonnée des meilleurs talents de l’entreprise.

Ne pas négliger les meilleurs

Ainsi, une entreprise a tout intérêt à identifier ses meilleures recrues et à investir sur elles. Cela ne veut évidemment pas dire qu’il faut négliger les autres salariés. Cela veut surtout dire qu’il ne faut pas négliger les meilleurs : formations complémentaires, coaching spécifique pour les accompagner vers l’excellence… au rebours de l’idée communément admise “qu’ils n’en ont pas besoin”. Non seulement l’entreprise en bénéficiera directement, mais cela créera un cercle vertueux qui tirera l’ensemble des salariés vers le haut.

 

Références : articles de la Havard Business Review

The best company don't have more stars...

What if companies managed people as carefully as they manage money ?

How to manage a team of all-stars ?

 

 

Commenter cet article