Publié par Jeanne Leboulleux-Leonardi

Le Net recèle des trésors ! Ainsi en est-t-il d'un texte très intéressant de Philippe Norel, brossant un tableau de l’histoire économique mondiale des six cents dernières années. Riche de clés pour interpréter l’actualité économique, il rejoint aussi, indirectement, une des pistes que nous explorons pour développer créativité et efficacité.

Revisiter l’actualité

Au-delà de son apport à l’histoire avec un grand H, Philippe Norel, expert en économie, effectue un véritable “recalage historique”, qui donne un éclairage nouveau à l’actualité, pour peu qu’on lise son texte en gardant en mémoire, comme un écho, les difficultés d’aujourd’hui et les rapports de forces qui se dessinent.

S’appuyant sur les travaux de plusieurs chercheurs, il revisite de fond en comble le positionnement des puissances économiques au fil des derniers siècles, de celles que l’on croit bien connaître comme la Grande-Bretagne avec son rôle dans ce qu’on appelle la “Révolution industrielle”, à celle dont on sous-estimait généralement jusqu'à ces dernières années la contribution à notre histoire économique — j’ai nommé la Chine. 

Les choses ne sont en effet pas toujours ce qu’on croit savoir d’elles, tant il est vrai que nous reconstruisons à chaque instant notre passé. Et les certitudes qui servent de toile de fond à notre vision du monde et aux projections que nous réalisons dans l’avenir nous empêchent en réalité souvent d’analyser correctement une situation et de prendre des décisions adaptées.

Renforcer ses capacités d’innovation

Ce texte fait écho à une de nos formations pour managers. Nos regards croisés d'historienne et de spécialiste du management de la complexité nous ont convaincu que l’histoire — par les différentes lectures qu’elle peut offrir, les remises en question qu’elle suscite, les décalages mentaux que permet le déplacement sur l’échelle des temps ou  des lieux… — offre un champ exceptionnel pour développer la créativité, l'ouverture, la prise de décison en "environnement flou" et ancrer les processus correspondants.

C’est ainsi que nous nous appuyons sur la vision de la Renaissance européenne…vue de Chine à la même époque, afin d'initier un travail de « décentrage du regard », pour reprendre les termes de Philippe Norel.

Remettre en cause ses certitudes et changer ses perspectives ne sont-elles pas deux démarches essentielles pour qui veut renforcer sa créativité et sa capacité à « fabriquer des solutions » ? L’histoire nous fournit un outil d’apprentissage (et de désapprentissage) extrêmement puissant pour parvenir à l’un et à l’autre.

A lire : L'hégémonie européenne (15 ème - 20 ème siècles) par Philippe Norel



Commenter cet article