Publié par Jacques Arnol-Stephan

Coordonner et animer l’édition 2009 de l’Université d’Eté de Locarn a été un moment intense, de challenges partagés, de plaisir et de découverte. Elle avait cette année pour thème : “Cherche Bretagne désespérément…”

 

Cette Bretagne, les quelque 170 participants à ces deux journées semblent, manifestement, l’avoir trouvée : une Bretagne dynamique, inventive, réactive, ouverte sur le monde et ses évolutions. Parce que c’est sans conteste la capacité que nous aurons, en Bretagne, d’ouvrir les yeux sur le monde, d’y rechercher alliances et opportunités et de nous en saisir, qui nous permettra de dépasser la “crise” actuelle pour faire de ce pays une région “belle, prospère et solidaire”.

 

Cette vitalité, cette capacité à décaler le regard pour découvrir ce que le quotidien nous empêche de voir, nous les avons mises à contribution au fil des ateliers et des débats. Des “prophéties de Merlin”, qui étaient le thème de la veillée du jeudi soir, aux ouvertures “décapantes” proposées en conclusion par Alain Glon, en passant par les interventions de personnalités bretonnes ou asiatiques et par les ateliers de l’après-midi du vendredi, les talents se sont conjugués pour nous aider à “passer de l’autre côté du miroir” :  lucidité pour analyser le présent et le resituer dans son contexte mondial et historique, clairvoyance pour écouter les nouveaux besoins, ambition et courage pour se mettre en position d’y répondre.

 

Les ateliers ont permis de prendre conscience de ce que la Bretagne dispose de vraies richesses : de celles qu’on finit par ne plus voir tant elles nous semblent naturelles, mais qui peuvent contribuer à répondre aux besoins de millions d’hommes sur la terre. De l’image de qualité à la culture de réseaux, des valeurs partagées aux compétences et savoir-être collectifs, c’est en profondeur qu’il nous faut chercher ces vraies richesses, comme souvent aussi, en entreprise, il faut regarder bien au-delà des produits et techniques du moment pour asseoir les développements du futur. C’est ce que nous ont confirmé nos amis d’Asie dans leurs différentes interventions, comme les Bretons du bout du monde qui étaient en direct avec nous du Vietnam, par visioconférence.

 

Les délégations asiatiques présentes — Chinois, Japonais, Malaisiens et Vietnamiens,— ont-elles été convaincues par les Bretons ? « Maintenant, nous savons que la France est en Bretagne ! » : une boutade qui, rapprochée des échanges concrets qui ont eu lieu dans le secteur agroalimentaire, témoigne de l’intérêt que nos invités ont, semble-t-il, accordé à cette rencontre.

 

 

 

Commenter cet article