Publié par Jeanne Leboulleux-Léonardi

text_star_and_snow_on_open_white_book_on_blue_background.jpg« Raconte-moi une histoire … ! » Le plaisir de ces récits merveilleux ou impossibles qui font le bonheur des tout-petits ne disparaît jamais totalement avec l’âge, et bien des adultes n’hésitent pas à se laisser séduire à nouveau, quand l’occasion s’en présente.

On sait aujourd’hui que ce plaisir n’est pas totalement innocent et qu’il a sa fonction : tout a été écrit sur la place des contes dans la formation de la personnalité comme sur la place des mythes dans la structuration des cultures. Aujourd’hui, l’art du récit a débarqué en entreprise. Avec le storytelling, on s’appuie sur la parabole et sur la capacité évocatrice des histoires pour faire passer les messages essentiels, auprès de ses collaborateurs comme de ses clients.

La démarche est certes ludique et séduisante. Mais elle n’en reste pas moins artificielle, alors que l’entreprise dispose de son propre réservoir d’histoires, tout aussi évocatrices, et d’autant plus fortes qu’elles entrent directement en résonnance avec la culture de l’entreprise.

 

A mon tour de vous raconter une histoire…

Il y a quelques années, j’interviewais un groupe de salariés et de retraités d’une entreprise dont j’étais chargée d’écrire l’histoire. L’un des plus anciens prend la parole et raconte : « Une fois, on venait d’embaucher un gars. Et le patron lui avait demandé de déplacer un tas de bois pour le ranger dans le coin de la cour. En fin de journée, le patron vient jeter un coup d’œil. Le tas de bois n’avait pas beaucoup baissé. Et il voyait le gars passer, avec son chariot qui faisait un drôle de bruit. Il couinait lentement : « Couuuuiiic… ! Couuuuiiic… ! Couuuiiic ! …» Alors il s’est approché du gars et lui a dit : « Tu sais, ici, c’est pas comme ça qu’on travaille. Un chariot ça fait « Couic-Couic-Couic-Couic-Couic ! ». Et bien le gars, il n’a pas fait 15 jours dans la maison ! »

Je voyais les autres membres du groupe captivés par l’anecdote, suspendus aux lèvres du conteur, jubilant à ses bruitages trainants puis accélérés. Les plus âgés opinaient ! Et oui, ça s’était bien passé comme ça ! Dans l’entreprise, le travail, on savait ce que c’était ! Et tous, fiers de cette valeur collective, me regardait comme pour dire : « Chez nous, on est courageux ! ça c’est du boulot ! ».

Je suis allée vérifier, auprès de l’ancien patron, cette petite histoire si intéressante : « Mais je n’ai jamais dit ça ! », me répond-il alors, stupéfait.

 

Entrez dans la légende…

Sa mémoire était-elle prise en défaut ? Le fait était-il véridique, même s’il n’avait pas gardé le souvenir de cet incident qui pouvait sembler bien anodin ? Ou bien des salariés avaient-ils, au fil du temps, imaginé cette anecdote, si illustrative d’une valeur centrale de leur entreprise ? L’avaient-ils si bien intégrée, que ce qui n’était peut-être qu’une fiction semblait à leurs yeux le reflet de l’exacte vérité ?

Vraie ou fausse — je ne suis jamais parvenue à l’établir — le fait est que cette anecdote était entrée dans la légende, et que le travail que nous venions de faire sur l’histoire l’avait revivifiée. Elle avait d’autant plus d’impact sur les derniers embauchés qu’elle s’ancrait dans l’histoire même de l’entreprise et qu’elle était rapportée — non par un consultant extérieur, fabriquant un mythe de toute pièce — mais par d’anciens salariés qui avaient donc la légitimité d’une longue appartenance à la structure.

 

La morale de cette histoire ?

Cette petite histoire confirme la valeur pédagogique de l’anecdote, du récit. Mais à tout prendre, recycler les propres histoires de l’entreprise est souvent beaucoup plus efficace et pertinent que d’inventer de toutes pièces de nouveaux récits : c’est une question de crédibilité et d’appropriation par chacun.

A l’heure où 40 % des salariés français se disent démotivés, où l’on cherche à resserrer les liens qui se disloquent au sein de l’entreprise en y renforçant le sentiment d’appartenance, la force du récit — établi sur l’histoire vivante de l’entreprise, avec ses mythes, ses personnages qui ont laissé leur marque, ses évènements dont la succession n’est pas aussi fortuite qu’il n’y parait … — permet de redonner du sens à l’entreprise. Cet outil transmet les messages de façon d’autant plus percutante et efficace, qu’il dépasse la simple argumentation rationnelle, à la portée souvent bien limitée.

 

Reste simplement à faire émerger l’histoire, les histoires de l’entreprise, et à identifier au cœur de ces récits le potentiel qu’ils recèlent pour le mettre en valeur.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article